D'après les informations dignes de foi qui sont parvenues auprès du Congrès National pour la Démocratie (CND-NDC), une coalition du
Ralliement pour l'Unité et la Démocratie (RUD-Urunana) et le Rassemblement du Peuple Rwandais (RPR), quelques éléments des FARDC
seraient entrés de force dans un des camps de transit où étaient cantonnés les ex-combattants des FDLR avec leurs dépendants. Lors de
cette opération plutôt à caractère répressif, il s'en est suivi des fusillades qui ont blessé voire tué certains individus y compris des
enfants. Ceci a été confirmé par des organisations humanitaires locales qui mettent en cause les éléments des FARDC.

Ces attaques du centre de transit des ex-combattants rwandais démobilisés nous rappellent ce qui s'est passé à Kasiki (Territoire de Lubero) en 2009 où le centre de regroupement des membres du RUD-RPR qui avaient été aussi démobilisé dans le cadre du Processus de Kisangani ont
été également attaqués. Plusieurs d'entre eux ont été tués ou porté disparus jusqu'à ce jour. Malgré que ce Processus était le fruit d'une
concertation sous l'égide de la Communauté Sant'Egidio (Italy), de l'Eglise du Christ au Congo, du SIK Norway en partenariat avec le
gouvernement de la RDC, aucune personne n'a été traduite devant la justice à ce jour pour répondre de ces actes criminels.

En plus notre Organisation a dernièrement obtenu des éléments de preuve des attaques d'une sauvagerie extrême contre les réfugiés rwandais sans
défense dans la zone de Walikale. Ces attaques ont été perpétrées par Raia Mutomboki, une groupuscule entretenue, entraînée et armée par les
services de sécurité du régime de Paul Kagame, Président du Rwanda. Lors de ces attaques plusieurs personnes ont été sauvagement assassinées
devant une foule plutôt en liesse. Force est de se demander où se trouvent les institutions soi-disant sensées protéger les réfugiés. Parmi les personnes massacrées et/ou brûlées vives comptent enfants, femmes et vieillards.

Ces quelques cas nous rappellent également les faits et crimes répertoriés dans le "UN Mapping Report 2010" (rapport des Nations Unies)
détaillant les actes pouvant être qualifiés de génocide pérpetrés contre les réfugiés rwandais dans les années 1996-97. Il est important de
rappeler que ces crimes avaient été commis par l'Armée Patriotique Rwandaise (APR) et leurs alliés. Encore une fois, force est de constater
que la plupart de ces criminels sont connus et n'ont jamais été inquiétés par la Justice. Plutôt, ils continuent leur besogne répressive et macabre en arborant les coulisses du pouvoir à Kigali.

Ainsi il est grand temps pour que la Communauté Internationale, à commencer par les institutions spécialisées des Nations Unies, protègent
les réfugiés rwandais à l'Est de la RDC. C'est avec amertume et grande déception de voire que toutes les initiatives de bonne foi visant à
trouver une solution pacifique, équitable et définitive du problème des réfugiés rwandais en RDC se heurtent toujours à l'acharnement de forces occultes opérant pour le compte du régime répressif en place à Kigali pour les empêcher d'aboutir.

Malgré que les réfugiés rwandais soient devenus les bouc-émissaires de tout ce qui se passe dans la région,  notre Organisation reste
convaincue que leur problème est un problème politique qui nécessite des solutions politiques comme nous n'avons cessé de le souligner. C’est
ainsi que le CND-NDC ne cesse de demander la relance sans tarder du Processus de paix de Kasiki qui serait accompagné de garanties réelles
de sécurité. Un tel processus serait capable de contribuer à une solution définitive du problème des réfugiés rwandais en RDC et assoir ainsi les bases solides de l'avènement d'une paix durable dans la région des Grands Lacs Africains. Notre Organisation aimerait encore une fois faire un appel pressant pour que le Secrétaire Général des Nations Unies nomme sans tarder un Représentant Spécial dans la région qui serait
chargé spécifiquement de trouver une solution définitive et équitable au problème des réfugiés rwandais dans la région en général et en RDC en
particulier.

Ainsi, la coalition RUD-RPR reste convaincue et réaffirme que seul un état du peuple et par le peuple pourra nous mener vers la construction
d’un Rwanda pour tous pouvant assurer la paix et la concorde entre les générations futures et contribuer à la stabilité et au développement
durables des peuples de la région.

Notre coalition s’est engagé et reste fermement résolue à accompagner le peuple rwandais et les peuples de la région dans ce noble processus.

3 Mai 2015

Dr. Augustin Dukuze

Porte-Parole

National Democratic Congress (NDC) 

Congrès National pour la Démocratie (CND) 

e-mail: This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

web: www.nationaldemocraticcongress.org

facebook: www.facebook.com/ndc-Rwanda