Tweet
">
Tweet
"/>

 Mes remerciements vont tout droit à notre branche politique RUD- Urunana/RPR, aux politiciens membres fondateurs des mouvements de liberation du Rwanda et de protection des réfugiés rwandais, aux membres de certaines organisations sans but lucratif et aux membres des églises et aux pays étrangers qui de près ou de loin, ont collaboré à la réalisation de ce rendez-vous historique unique du genre. 

En effet, la présence significative de la délégation des combattants ici à Kisangani répond à deux objectifs majeurs :-         

Le premier : affirmer haut et fort, sans ambiguïté et sans confusion, que nous nous engageons à collaborer avec tous les partenaires afin de ramener la paix dans toute la région des grands lacs.

Le 24 janvier 2008, en Mbwavinywa, un de nos commandants en charge de la sécurité des réfugiés rwandais, le General-Major Musare, a exprimé clairement au Ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale que nos combattants allaient déposer les armes et rentrer au Rwanda si les conditions de sécurité étaient garanties au Rwanda. Et le rendez – vous avait été pris dans deux semaines. Sans tarder, le régime de Kigali  a fait savoir qu’il n’avait pas besoin de nous en publiant une liste de 6,997 prétendus génocidaires se trouvant sur le territoire congolais.

 Vous conviendrez avec nous qu’entre le discours affiché et les intentions de Kigali, l’écart est énorme. Pour nous, aller au Rwanda signifie prendre le chemin de la mort ou de la prison mouroir ou à vie. Nous disons non et non. Nous ne sommes pas prêts à ce sacrifice de martyr.  Cependant, à la demande de nos dirigeants politiques  et sur base des conditions humanitaires déplorables dans laquelle se trouvent la population congolaise et les réfugiés rwandais, nous acceptons de désarmer  nos éléments se trouvant sur le sol Congolais pour donner la chance à la paix et éviter la phase des opérations militaires prévues dans le fameux communiqué de Nairobi signé le 2 septembre 2007.

Le vocable, opérations militaires, signifie pour nous, combattants, tuer les gens, infliger à l’ennemi le maximum de perte en vies humaines et en matériels, déplacer les populations civiles et détruire toutes les infrastructures existantes. Bref, semer la désolation dans la région déjà meurtrie par les conflits incessants et les attaques extérieures dont parfois le motif nous est injustement attribué·   

     Comme premier objectif, nous ne voulons pas que cela arrive encore au peuple de notre région et à la population congolaise avec laquelle nous vivons actuellement en parfaite harmonie. Les opérations militaires, autrement dit la guerre, on sait quand et comment ça commence et on ne sait pas quand et comment cela se termine.   Nous pensons qu’aucune personne responsable n’est prête à prendre cette grave responsabilité de déclencher la guerre , dans une région qui connaît déjà le crime de génocide, les crimes de guerre et des crimes contre l’humanités, ansi que d’autres violations massives dont celles sexuelles contre les jeunes filles et les femmes, sans bien sûr oublier la destructions du patrimoine international dont la fôret dense, les espèces rares comme le gorille et des plantes médicinales diverses, ainsi que des pillages en masses des ressources congolaises par des prédateurs divers .        

Comme deuxième objectif : faire en sorte que le dialogue politique prenne directement et sans tarder le relais des armes afin d’éviter que nous restons indéfiniment apatrides ou réfugiés. Une telle situation reconduirait tout droit à la case de départ et ouvrirait sans fin la boite de pandore. 

 C’est pourquoi, tous les esprits de bonne volonté devraient prôner la tenue d’un dialogue interwandais et ceci dans les meilleurs délais. Le Rwanda reste le seul pays de la région où le dialogue interwandais reste tabou. Il appartient à nos politiciens de bien exploiter cette idée de dialogue interwandais et d’en définir le contour. Le draft de la feuille de route discuté et établi à Rome nous a été présenté par notre branche politique et nous le soutenons et nous nous engageons à accompagner tout le monde dans l’exécution de cette feuille de route. 

Nous disons encore haut et fort que nous nous lançons dans le processus de démobilisation et de désarmement aussitôt que les préalables sont atteints et les ordres de nos dirigeants politiques donnés; bien entendu à l’issue des réunions de travail commencées aujourd’hui, aussi bien à Kisangani que sur le terrain, qui vont sans aucun doute  se poursuivre pour finaliser la feuille de route et le calendrier.   Je vous remercie.  

Pour le Commandant RUD-RPR,  Gen Maj  Zigabe Pacifique 

Lt Colonel Jean Michel

About us

Sample Image National Democratic Congress is a coalition between Rally for Unity and Democracy (RUD-Urunana) and Rally for the Rwandan People (RPR-Inkeragutabara)