Tweet
">
Tweet
"/>

News and Blog

Learn, inform, get informed, get the news and be a news maker

 

Comme d'habitude, avant de répondre à la question, permettez-moi de commencer par une petite histoire. 

Genghis Khan, l'empereur mongol qui, venant d’une tribu controlant une petite region des plataux de l’Asie Centrale,  conquit la Chine et étendit  son empire  jusqu’à l'Europe  des temps modernes était un leader violent,  malicieux,  et  impitoyable. Ses conquêtes étaient généralement suivies par des massacres  and des destructions à grande échelle. Cependant, il y a un exemple qui a perplexé les historiens, pendant des siècles. 

Lorsque Genghis Khan  conquit la ville de Kaifeng, qui avait opposé une résistance féroce, il ne la détruit pas. Pourtant, la ville  était un refuge de l'élite,  des artisans, et des ingénieurs chinois; ceux-là mêmes que Genghis Khan, un chef de guerre barbare mais très rapace, méprisait. Il se souciait moins de l'art et de l'ingénierie. Jusqu'à ce moment-là, il  avait paru être plus intéressé par les pâturages pour son bétail et ses chevaux. 

Pourquoi at-il  donc épargné Kaifeng? Les historiens et les personnes ordinaires se demandaient. 

La vérité est que, quand Genghis Khan était sur le point d'obliterer la ville, l'un de ses conseiller de confiance, Ch’u Ts’ai, qui peu de temps avant était un étranger, lui posa une question simple: quel est votre objectif ? 

Ch’u Ts’ai alors raisonna: si vous détruisez Kaifeng, vous perdrez tout le talent, les ingénieurs, et artisans. Mais si vous épargner la ville, vous pourrez utiliser tous ces artisans et ces ingénieurs pour construire un empire plus  grand  et plus prospère. Les gens vont être prospères, vous les taxerez, et deviendrez encore plus riche. 

Genghis Khan épargna Kaifeng.  L'empire mongol prospéra au-delà de l’imaginable, s’etandant  de la Mongolie jusqu’à l'Europe actuelle. Genghis Khan  réussit à unir toutes les tribus mongoles qui, auparavant, avaient été engagés dans des luttes intestines. 

Par conséquent, chaque fois que nous, au sein du Congrès National pour Démocratie, pensons à la nation rwandaise, nous nous demandons souvent une question semblable à celle  que Ch'u Ts'ai demanda à Genghis Khan. 

La question que nous nous posons est de savoir comment Genghis Khan était en mesure de transformer une petite nation de l’Asie centrale située sur un  plateau central  au nord de la Chine, divisée en plusieurs tribus en proie aux conflits intestins,  en un Emprire le plus vénéré  à travers le monde. Il l'a fait en suivant trois principes: 

  • rechercher l'unité des tribus à tout prix 
  • prêter l' oreille à ses conseillers 
  • garder l’ oeil sur le prix 

Notre réponse sur le secret du Congrès National pour la Démocratie est donc clair: nous envisageons un Rwanda uni  et prospère, nous écoutons humblement aux conseils sincères, et nous gardons nos yeux fixés sur le prix. 

Le prix pour la construction d'un Rwanda uni est prospère est trop important pour nous permettre une distration. RUD-Urunana, RPR-Inkeragutabara et les jeunes hommes et femmes de l'Armée Nationale (AN-Imbonezagutabara) qui protègent les réfugiés et d'autres Rwandais jusque dans les jungles congolaises le savent. 

Fixez-vous vos yeux sur le prix?

Pour plus,  visiter le web du  Congrès National  pour la Démocratie (CND) sur: 

http://www.nationaldemocraticcongress.org 

ou sur Facebook  sur :

http://www.facebook.com/NDCRwanda 

ou suivez-moi sur Twitter @fkanyami. 

Félicien Kanyamibwa, Ph.D. 

Président, Congrès National  pour la Démocratie (CND)