Dans ma série pour répondre aux questions concernant le Congrès National pour la Démocratie, cette semaine, je voudrais répondre à ceux qui  m’ont demandé à propos des objectifs du Congrès National pour la Démocratie(CND).


Encore une fois, avant de répondre à la question, permettez-moi de commencer par une petite histoire.

Alfred Nobel, qui est bien connu pour les Prix Nobel, fit fortune, en fait, dans des entreprises de dynamite et des explosifs. Ses produits ont été à la base des armes qui ont décimé les vies à travers le monde depuis le 19ème siècle jusqu’à nos jours. En 1888, le frère d'Alfred Nobel, Ludvig Nobel mourût lors d'une visite dans la ville de Cannes, dans le sud de la France. A travers le monde, des personnes crûrent que c'était Alfred qui était mort. Un journal français publia, par erreur, la nécrologie d'Alfred. Dans nécrologie, le journal condamna Alfred Nobel pour son invention de la dynamite et déclara: 

«Le marchand de la mort est mort. Le Dr. Alfred Nobel, qui fit fortune en trouvant le moyen de tuer plus de personnes plus rapidement que jamais auparavant, est mort hier. »

 En entendant parler de l'article, et découvrant comment les gens vraiment le considéraient, Alfred fut déçu et s' inquiéta de la façon dont le monde se souviendra de lui. Il  décida de laisser le meilleur héritage à l’humanité, après sa mort.
Le 27 Novembre, au club suédo-norvégien de Paris Nobel signa son testament  léguant l'intégralité de sa fortune à la création du prix Nobel, dans le but de récompenser chaque année des personnes, sans distinction de nationalité, ayant rendu service à l'humanité. Parmi ces prix, le prix Nobel de la Paix : une antithèse du marché de la mort.

Lors de la création du Congrès National pour la Démocratie, les fondateurs se sont posés cette question, qui est semblable à celle qu’ Alfred Nobel s’est demandée : Comment  voudrions-nous que les générations futures se souviendraient de nous?

Le choix devant les fondateurs du CND était simple. Les generations futures se souviendront des générations actuelles:
•    soit comme  les gens qui ont passé la majeure partie de leur vie à s'entre-déchirer ;
•    ou comme ceux qui ont cherché, malgré tous les obstacles, à construire une société unifiée dans laquelle toutes les composantes de la nation rwandaise se retrouveraient et se sentiraient valorisés.

Le Congrès National pour la Démocratie a fait ce dernier choix et s'est donné pour objectif de transformer le Rwanda en un pays progressiste unifié et pour tous les Rwandais; un voisin pacifique et une référence pour les Nations,  et ceci durant notre vie.

A plusieurs reprises, nous avons invité les Rwandais et les dirigeants actuels du Rwanda à se joindre à cette mission.

En fait, à Kasiki, le 31 Juillet 2008, dans un discours devant le Communauté internationale et les médias, j'ai défié le leader actuel du Rwanda, le général Paul Kagame, de supporter cette unité  et cette voix pacifique, en lui disant :

"Mr. Kagame, ouvrez la porte aux Rwandais réfugiés à travers le monde. En tant qu'ancien réfugié rwandais, vous connaissez aussi leur calvaire quotidien et en tant que Président du pays, vous êtes responsable de leurs mauvaises conditions de vie actuelles"

Après mon discours, beaucoup de membres du gouvernement et de l’administration rwandais, peut-être parce qu'ils  ne sont habitués à  rien d’autre que des actions qui vont à l’encontre de la paix, de l'unité, des idées progressistes, se levèrent contre moi et d'autres dirigeants du CND.
Par exemple, selon les câbles de gouvernement américain, "le 3 Août, [un membre du Congrès américain] a rencontré séparément Envoyé  Rwandais des Grands Lacs, Ambassadeur Richard Sezibera et le chef du service national de sécurité chargé des affaires extérieures Joseph Nzabamwita pour discuter des événements dans l'Est du Congo. Lorsqu'on lui a demandé au sujet des préoccupations croissantes de la communauté internationale sur l'évolution de la situation à l'est du Congo, il [Richard Sezibera] concentra ses commentaires sur le désarmement de RUD. Minimisant l'événement, il  nota qu'il n'y avait pas eu de liste de ceux qui étaient désarmés, et aucune liste des armes qu'ils avaient. Il souligna également [le sénateur américain] que Félicien Kanyamibwa avait voyagé des Etats-Unis à Kinshasa, puis à la cérémonie de remise, et cela constituait une «preuve solide» des efforts par Félicien en faveur de RUD / FDLR. Il se plaignit que les États-Unis n'avait pas pris des mesures pour l'arrêter ".

Ensuite, une série d'articles dans les médias appartenant ou parrainés par le  gouvernement rwandais furent publiés  avec l’objectif de ternir  l’image des dirigeants du CND ou pour carrement préconiser des assassinats des dirigeants du CND. Réagissant à l'article prônant l'assassinat de dirigeants du CND, publié dans un éditorial du New Times, le 5 mai 2011, par le conseiller du général Paul Kagame, Tom Ndahiro,  je décidai d’ écrire un essai intitulé: «Quand la recherche de la paix devient terrorisme", publié le 10 mai 2011 dans AfroAmerica Network (voir ici).
Dans l’article, je demandai spécifiquement au général Paul Kagame une question simple: comment voudrait-il que des générations futures  se souviennent de lui?

J’ écris ceci:

«Nous[CND] avons présenté deux choix au  général Paul Kagame: soit il est un véritable leader, alors il faudra qu’il s’élève  au-dessus de l'amertume, des frustrations psychologiques et de  la vengeance, ou il restera un homme  dont la vie tragique ne se résumera qu’en une source sauvage d'un fleuve de sang et de souffrances. Oui, il a passé 30 années en exil. Mais, Mandela a passé pratiquement le même nombre d’ années en prison, assujetti au travail forcé de chaque jour.  Bien avant sa libération de prison, Mandela, un grand leader, a choisi de se libérer du venin de la haine et de la vengeance. Dès que Mandela est parvenu à la décision, il est devenu un homme libre. S'il n'avait pas pris cette décision, personne ne peut imaginer ce que serait devenue l'Afrique du Sud après qu'il soit devenu président.».

Et vous qui lisez ceci, comment voulez-vous que des générations à venir se souviendraient de vous?

Pour plus de visiter le web du  Congrès National  pour la Démocratie (CND) sur:
http://www.nationaldemocraticcongress.org

ou sur Facebook:
http://www.facebook.com/NDCRwanda

ou suivez-moi sur Twitter @fkanyami.

Le 15 Septembre 2014


Félicien Kanyamibwa, Ph.D.
Président, Congrès National  pour la Démocratie (CND)